• English French
  • ORIGINAL RESEARCH - JOURNAL OF FUNCTIONAL VENTILATION AND PULMONOLOGY. VOLUME 12 - ISSUE 36. 2021

    Last Updated: 19/08/2021

    Epidemiological, diagnostic and progressive aspects of the pleuropulmonary pathology of pregnant women 
    Aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs de la pathologie pleuropulmonaire de la femme enceinte 
    KB. Ossalé Abacka1, FH. Okemba Okombi1,2, H. Lankoandé Siri3, PP. Koumeka1, EPL. Bemba1,2, RG. Bopaka1,2, O. Akoli Ekoya3, A. Koné4,5, M. Illoye Ayet1, K. Horo4,5.

    1 :  Service de Pneumologie, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, Brazzaville, République du Congo
    2:  Université Marien Ngouabi de Brazzaville, Brazzaville, République du Congo
    3 : Service de Rhumatologie, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, Brazzaville, République du Congo
    4 : Service de Pneumo-Phtisiologie, Centre Hospitalier et Universitaire de Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire
    5 : Université Félix Houphouet Boigny d’Abidjan, Abidjan, Côte d’Ivoire

    Corresponding author
    OSSALE ABACKA kévin Boris
    186, rue Saint-Paul Talangai Brazzaville 
    E-mail: bemnkoyi@yahoo.fr

    DOI: 10.12699/jfvpulm.12.36.2021.35

     

    ABSTRACT

    Introduction. During pregnancy, several adaptations are necessary to meet the increased metabolic needs of the mother and fetus. The aim of this work is to identify the main pleuropulmonary pathologies in women during pregnancy at the Brazzaville university hospital center.
    Methods. We carried out a prospective and descriptive study over a 2-year period from January 1, 2017 to December 31, 2018, on the analysis of the files of pregnant women hospitalized in the pneumology department.
    Results. 39 subjects were included in the survey. The average age was 17.0±7.7 years with extremes ranging from 17 to 46 years. Cough and dyspnea were the most common respiratory symptoms, 94.87% and 79.49%, respectively; followed by respiratory distress in 64.10% of cases. The radiological abnormalities found were: alveolar syndrome 35.90%, interstitial syndrome 15.38%, alveolo-interstitial syndrome 30.77%, bronchial dilations 5.13%, cavitary syndrome 10.25%, pleural fluid effusion syndrome 23.08%, mediastinal lymphadenopathy 15.38%, cardiomegaly 5.13%. The infectious pathology was predominant (89.74%), the most frequent cause was tuberculosis (48.72%) followed by infections with common germs (28.21%).
    Conclusion. The pleuropulmonary pathology of pregnant women in Brazzaville follows the same distribution as that of the general population. It remains dominated by infections.

    KEYWORDS:  Pregnancy; Respiratory symptom; Infection; Pleuropulmonary pathology.

    RÉSUMÉ

    Introduction. Au cours de la grossesse, plusieurs adaptations sont nécessaires pour répondre aux besoins métaboliques augmentés de la mère et du fœtus. Le but de ce travail est d’identifier les principales pathologies pleuropulmonaires de la femme au cours de la grossesse au centre hospitalier universitaire de Brazzaville.
    Méthodes. Nous avons réalisé une étude prospective et descriptive sur une période de 2 ans allant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018, portant sur l’analyse des dossiers des femmes enceintes hospitalisées dans le service de pneumologie.
    Résultats. 39 sujets ont été incluses dans l’enquête. L’âge moyen était de 17.0±7,7 ans avec des extrêmes allant de 17 à 46 ans. La toux et la dyspnée étaient les symptômes respiratoires les plus retrouvés, 94,87% et 79,49% respectivement suivies de la détresse respiratoire dans 64,10% des cas. Les anomalies radiologiques retrouvées étaient: syndrome alvéolaire 35,90%, syndrome interstitiel 15,38%, syndrome alvéolo-interstitiel 30,77%, dilatations des bronches 5,13%, syndrome cavitaire 10,25%, syndrome d’épanchement pleural liquidien 23,08%, adénopathies médiastinales 15,38%, cardiomégalie 5,13%. La pathologie infectieuse était prédominante (89,74%), la cause la plus fréquente était la tuberculose (48,72%) suivie des infections à germes banals (28,21%). 
    Conclusion. La pathologie pleuropulmonaire de la femme enceinte à Brazzaville suit la même distribution que celle de la population générale. Elle reste dominée par les infections. 

    MOTS CLÉSGrossesse; Symptôme respiratoire;  Infection; Pathologie pleuropulmonaire.

     

    INTRODUCTION

    Au cours de la grossesse, plusieurs adaptations sont nécessaires pour répondre aux besoins métaboliques augmentés de la mère et du fœtus; ces besoins sont la conséquence des modifications anatomiques et fonctionnelles du système cardiorespiratoire du fait de facteurs hormonaux et de l’augmentation progressive de la taille de l’utérus [1-3]. Les conséquences engendrées sont à la base de la décompensation de certaines pathologies préexistantes ou encore peuvent faire le lit d’autres maladies notamment infectieuses et cardiovasculaires [4,5]. Hormis les modifications anatomiques et fonctionnelles, certains facteurs extrinsèques peuvent influencer l’état de santé de la femme enceinte, parmi lesquels le comportement socio-culturel, la qualité des soins bénéficiés par la gestante [6]. Parmi les pathologies développées par la femme pendant la grossesse, les atteintes pleuropulmonaires occupent une place non négligeable. De manière générale, l’épidémiologie des maladies respiratoires change d’une zone du monde à une autre. Ainsi, dans les pays industrialisés la pathologie respiratoire est dominée par les conséquences du tabagisme et les maladies dégénératives, tandis qu’en Afrique sub-saharienne, la pathologie infectieuse est au premier plan [7-9].  Le but de ce travail est d’identifier les principales pathologies pleuropulmonaires de la femme au cours de la grossesse au centre hospitalier universitaire de Brazzaville.

    MÉTHODES 

    Nous avons réalisé une étude prospective et descriptive sur une période de 2 ans allant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018, portant sur l’analyse des dossiers des femmes enceintes hospitalisées dans le service de pneumologie du Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville (CHU-B) pendant cette période. Le CHU-B est le seul centre de santé doté d’un service de pneumologie en république du Congo. Les variables étudiées, obtenues à travers une fiche d’enquête, sont représentées par les caractéristiques socio-culturelles (âge, niveau d’instruction, religion, adresse, statut matrimonial), les caractéristiques cliniques (antécédents, terme de la grossesse, consultations prénatales, mode d’approvisionnement en médicaments, les signes cliniques), les caractéristiques paracliniques (radiologiques et biologiques), le diagnostic et le devenir du couple mère-enfant. Toutes les femmes enceintes hospitalisées dans le service pendant la période d’étude ont été incluses. Nous avons exclu de cette étude les femmes chez lesquelles les explorations paracliniques n’ont pu être réalisées.  L’analyse des données était faite à base du logiciel Epi info7.1.3.3. L’analyse uni variée a permis de présenter les données générales. 

    En analyse  bi variée nous avons présenté l’influence des variables qualitatives entre elles, selon le test de Khi deux ou de Fisher exact. Le seuil de p inférieur à 0 ,05 a été considéré comme significatif.

    RÉSULTATS 

    Résultats généraux 
    Durant la période d’étude, 46 femmes enceintes ont été admises en hospitalisation dans le service de pneumologie du CHU de Brazzaville; 39 ont été incluses dans l’enquête. L’âge moyen était de 17±7,7001 ans avec des extrêmes allant de 17 à 46 ans. Les patientes dont l’âge était compris entre 20 et 30 ans représentaient 48,72% de la population d’étude. Les patientes qui avaient un niveau d’études secondaire et celles dont l’âge compris entre 20 et 30 ans ont été affectées dans les proportions de 79,49% et 48,72% respectivement. Les protestantes, les célibataires et les commerçantes ont été concernées dans les proportions respectives de 92,31%, 89,74 % et 33,33% (Tableau 1). 

    Dans 76,92% des cas, les patientes effectuaient des consultations prénatales et, elles étaient pour la plupart suivies par une sage-femme (89,47%). Les symptômes respiratoires ont débuté aux deuxième et troisième trimestres dans 43,59% des cas pour chaque période. Devant ces symptômes, elles bénéficiaient d’une prescription médicamenteuse dans 41,03% des cas (Tableau 2). 

    La toux et la dyspnée étaient les symptômes respiratoires les plus retrouvés, 94,87% et 79,49% respectivement suivies de la détresse respiratoire dans 64,10% des cas. L’intoxication éthylique a été retrouvée chez 15,38% patientes; 12,82% patientes étaient déjà connues séropositives au VIH. Dans 46,15% le diagnostic de l’affection respiratoire a été fait en post-partum. 
    Les anomalies radiologiques retrouvées étaient: syndrome alvéolaire 35,90%, syndrome interstitiel 15,38%, syndrome alvéolo-interstitiel 30,77%, dilatations des bronches 5,13%, syndrome cavitaire 10,25%, syndrome d’épanchement pleural liquidien 23,08%, adénopathies médiastinales 15,38%, cardiomégalie 5,13% (Tableau 3). 

    La radiographie thoracique était normale dans 5,13%. L’anémie a été retrouvée dans 64,10% et le syndrome inflammatoire biologique dans 69,23%. Le taux de séropositivité au VIH était de 25,64%. 

    La pathologie infectieuse était prédominante (89,74%), la cause la plus fréquente était la tuberculose (48,72%) suivie des infections à germes banals (28,21%). 

    L’issue thérapeutique était favorable dans 92,31%, l’hypotrophie avait affecté 64,10% des nouveau-nés. Deux patientes sont décédées, l’une d’une hémoptysie et l’autre d’une insuffisance respiratoire aigue (Tableau 4).                                                                                               

    Analyse bivariée 
    Le niveau d’études, l’activité professionnelle et la religion ont eu un impact sur le choix du personnel soignant pour les consultations prénatales. 

    Ainsi le bas niveau d’études, l’activité commerciale et le religion protestante ont été fortement liés au suivi des patientes par une sage-femme, les différences sont significatives, 0,02; 0,0007 et 0,000 respectivement (Tableau 5)
    Cependant ces conditions socio-culturelles n’ont pas influencé le diagnostic (Tableau 6). 

    Les caractéristiques socio-culturelles (adresse, profession et niveau d’études) et le moment de début des symptômes n’avaient pas d’inluence sur le diagnostic retrouvé (Tableau 6). 

    Avoir été à l’école étaient associé à un taux de guérison élevé (p= 0,000). 

    Cependant l’âge, la profession et le moment de     début des symptômes n’avaient pas d’impact sur le devenir des patientes de façon significative (Tableau 7).

    DISCUSSION 

    La grossesse est un phénomène vecu par l’organisme maternel comme une semi-allogreffe temporaire. Durant cet évènement des modifications au niveau de l’organisme maternel sont nécessaires pour permettre la tolérance cette allogreffe et l’adaptation de l’organisme maternel à ce nouvel état. Au plan respiratoire, le rétrécissement du calibre des voies aériennes supérieures par congestion peut induire un trouble du sommeil, une rhonchopathie ou des signes de rhinite ; l’élargissement de la cage thoracique et l’ascension du diaphragme permettent l’augmentation de la taille de l’utérus responsable de la diminution de la capacité fonctionnelle résiduelle, de la légère diminution ou pas du tout de la capacité pulmonaire totale. Le volume expiratoire maximal-seconde et la capacité vitale sont normaux. On note également une augmentation du volume courant sans augmentation significative de la fréquence respiratoire est responsable de la hausse de la consommation d’oxygène et de la production du dioxyde de carbone, ainsi que de facteurs hormonaux (progestérone et œstrogènes). Cette augmentation de la ventilation minute de repos entraine une augmentation de la pression partielle artérielle en oxygène et la baisse de celle du dioxyde de carbone (responsable d’une alcalose respiratoire) dont la conséquence ultérieure est le transfert d’oxygène à travers la placenta [1]. Les modifications cardiovasculaires au cours de la grossesse sont nombreuses : une augmentation du débit cardiaque entre 30 et 50% par augmentation du volume d’éjection systolique et d’une tachycardie dûe à la demande métabolique placentaire et fœtale, une augmentation du volume plasmatique jusqu’à 45% et du nombre de globules rouges de 20 à 30% responsable d’une hémodilution à l’origine d’une anémie physiologique, une augmentation du travail myocardique compensée par la diminution des résistances vasculaires systémiques secondaire à la production des médiateurs (progestérone, prostaglandines, dioxyde d’azote) et au développement de la circulation placentaire à bas niveau de résistance, et la compression de la veine cave inférieure et de l’aorte abdominale par augmentation du volume de l’utérus [1,10]. Ces modifications physiologiques imposées par le développement placentaire et fœtal créent les conditions à la survenue des décompensations aigues des pathologies cardiorespiratoires préexistantes et des maladies infectieuses.

    Nous avons réalisé une enquête prospective et descriptive portant sur l’analyse des dossiers des patientes enceintes hospitalisées dans le service de pneumologie du CHU de Brazzaville. Durant cette période, 39 patientes ont été incluses à l’étude. Les  sujets dont l’âge est compris  entre  20 et 30 ans 

    étaient les plus touchés (48,72%). Il en est de même des patientes ayant un niveau scolaire secondaire (79,49%), des protestantes (92,31%), des célibataires (89,74%) et des patientes œuvrant dans le secteur informel. Dans 76,92% des cas ces femmes enceintes étaient suivies ; le type d’agent de santé le plus fréquenté était la sage-femme. Dans 43,59% les symptômes respiratoires ont débuté au deuxième trimestre et le diagnostic de l’affection respiratoire a été porté en post-partum dans 46,15%. La pathologie infectieuse était dominante. 

    La tranche d’âge de 20 à 30 ans correspond à la période dans laquelle l’activité sexuelle est intense. La mauvaise politique de l’emploi en république du Congo génère un taux de chômage élevé. En 2015, ce taux avait été estimé à 42% pour la population jeune par le programme des nations unies pour le développement [11]. Le manque d’emploie dans la population jeune expose à des comportements sexuels à risque, donc pourvoyeurs des grossesses non désirées. Ces conditions réunies font le lit d’une précarité du niveau de vie. La mauvaise condition de vie est elle-même source des maladies environnementales, le plus souvent infectieuses. Le fait que les voies aériennes basses, d’une superficie d’environ 80-120 m2, sont au contact direct et étroit avec le milieu externe, elles sont la cible privilégiée de ces maladies. Ces pathologies infectieuses sont dominées par la tuberculose.  Selon l’organisation mondiale de la santé, dans les contextes où la prévalence de la tuberculose dans la population générale atteint 100/100 000 habitants ou plus, le dépistage systématique de la tuberculose évolutive chez la femme enceinte devra être considéré comme faisant partie des soins prénatals [12]. La sage-femme était l’agent de santé le plus fréquenté par les gestantes. Cela peut être expliqué par le coût élevé de la prise en charge de la grossesse chez l’obstétricien comparée à celle réalisée par la sage-femme. Les facteurs comme le bas niveau d’instruction et la précarité des conditions socio-économiques des patientes sont également des éléments qui incitent les gestantes à fréquenter plus la sage-femme que l’obstétricien. L’évolution était favorable dans la majorité des cas (92,31%). Etant donné que la pathologie dominante était infectieuse, cette évolution majoritairement favorable est liée à la bonne observance des recommandations des consensus. Deux patientes sont décédées. L’une d’elle est morte par hémoptysie cataclysmique. Cette patiente était porteuse d’une cirrhose hépatique. L’association cirrhose du foie et grossesse est une situation à la fois rare et mauvaise, car le risque de décompensation de la cirrhose est accru. Cette décompensation est due à l’augmentation de l’hypertension portale et l’aggravation de l’insuffisance hépatocellulaire. Le pronostic maternel et/ou fœtal est en jeu et la mortalité restée élevée [13,14]. L’autre  patiente  est décédée dans un tableau d’insuffisance respiratoire aigue. Cette patiente séropositive au VIH était affectée par une pneumocystose pulmonaire avec atteinte infiltrante diffuse et bilatérale responsable d’une défaillance multiviscérale. L’hypotrophie observée chez 64,10% des nouveau-nés est le reflet du retard de croissance intra-utérin imputable à l’action conjuguée de l’hypoxémie chronique et l’anémie chez la mère.  En effet, l’apport insuffisant en oxygène, car l’organe de ventilation est affecté, entraine l’altérante des échanges entre la mère et le fœtus. 

    Cette altération est d’autant plus exagérée que la gestante présence une anémie.

    CONCLUSION 

    La pathologie pleuropulmonaire de la femme enceinte à Brazzaville suit la même distribution que celle de la population générale. Elle reste dominée par les infections.

    La tuberculose est l’infection la plus fréquente. Le pronostic reste globalement bon.

    CONFLIT D’’INTÉRÊT

    Aucun.

    RÉFÉRENCES

    1. Daccord C, Fitting J-W. Poumon et grossesse. Rev Med Suisse 2013 ; 9 : 2142-9.

    2. Faivre J, Verroudt N, Ghiglione S, Mignon A. Cardiopthies et grossesses. Réanimation 2009 ; 18 : 215-22.

    3. Gosset-Woimant M, Sanchez O, Roux A Meyer G. Embolie pulmonaire et grossesse. La lettre du pneumologue. Mars –Avril 2013 ; 16(2) : 46-50.

    4. Prudhomme A, Frys S, Tillie-Leblond. Exacerbations de l’asthme chez la femme enceinte. Rev Mal Respir 2011 ; 28 : 834-8.

    5. Fdili Alaoui FZ, Bouguern H, Chaara H, Melhouf MA. Tuberculose pulmonaire et grossesse à propos d’un cas. La lettre du gynécologue. Décembre 2009 ; 347 : 13-5.

    6. Touati-Micheri D, Bensalem A, Oulamara H. Grossesse et facteurs socio-économiques. Nutrition clinique et Métabolisme. Février 2017 ;(31)1 : 79-80.

    7. Ossalé Abacka KB, Bemba ELP, Bopaka RG, Okemba Okombi FH, Koumeka PP, Ahui JBM et al. Problématique de la prise en charge des pneumopathies interstitielles au CHU de Brazzaville. Rev Pneumol Trop 2017 ; 28 : 59-64.

    8. Annesi-Maesano I. Epidémiologie des maladies respiratoires. Rev Mal Respir 2005 ; 22 : 20-7.

    9. Aït-Khaled N, Enarson D, Bousquet J. Les maladies respiratoires chroniques dans les pays en développement : Charge de morbidité et stratégies de prévention et de prise en charge. Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé ; 2002 ; 6 : 52-60.

    10. Faivre J, Verroust N, Ghiglione S, Mignon A.Cardiopathie et grossesse ; Réanimation 2009 ; 18 : 215-22.

    11. République du Congo. Système des nations unies. Rapport national : des progrès vers l’atteinte des objectifs du millenaire pour le développement. Avril 2010, 81 p.

    12. Organisation Mondiale de la Santé. Recommandations de l’OMS concernant les soins prénatales pour que la tuberculose soit une expérience positive. Janvier 2018.

    13. Bagny A, Akolly DAE, Lawson-Ananisoh LM, Bouglouga O, Douaguibe B, El Hadji Yacoubou R et al. Cirrhose et grossesse : à propos de 4 cas au CHU campus de Lome´ (Togo). Med Sante Trop 2016 ; 26 : 382-385. Doi : 10.1684/mst.2016.0606.

    14. D’Alteroche L, Perarnau J-M, Perrotin F, Bacq Y. Portal hypertension and pregnancy. Gastroenterol Clin Biol. 2008 ; 32 : 541-6. Doi : 10.1016/j.gcb. 2008.02028

     

    -TABLES-

     

    RÉFÉRENCES

    1. Daccord C, Fitting J-W. Poumon et grossesse. Rev Med Suisse 2013 ; 9 : 2142-9.

    2. Faivre J, Verroudt N, Ghiglione S, Mignon A. Cardiopthies et grossesses. Réanimation 2009 ; 18 : 215-22.

    3. Gosset-Woimant M, Sanchez O, Roux A Meyer G. Embolie pulmonaire et grossesse. La lettre du pneumologue. Mars –Avril 2013 ; 16(2) : 46-50.

    4. Prudhomme A, Frys S, Tillie-Leblond. Exacerbations de l’asthme chez la femme enceinte. Rev Mal Respir 2011 ; 28 : 834-8.

    5. Fdili Alaoui FZ, Bouguern H, Chaara H, Melhouf MA. Tuberculose pulmonaire et grossesse à propos d’un cas. La lettre du gynécologue. Décembre 2009 ; 347 : 13-5.

    6. Touati-Micheri D, Bensalem A, Oulamara H. Grossesse et facteurs socio-économiques. Nutrition clinique et Métabolisme. Février 2017 ;(31)1 : 79-80.

    7. Ossalé Abacka KB, Bemba ELP, Bopaka RG, Okemba Okombi FH, Koumeka PP, Ahui JBM et al. Problématique de la prise en charge des pneumopathies interstitielles au CHU de Brazzaville. Rev Pneumol Trop 2017 ; 28 : 59-64.

    8. Annesi-Maesano I. Epidémiologie des maladies respiratoires. Rev Mal Respir 2005 ; 22 : 20-7.

    9. Aït-Khaled N, Enarson D, Bousquet J. Les maladies respiratoires chroniques dans les pays en développement : Charge de morbidité et stratégies de prévention et de prise en charge. Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé ; 2002 ; 6 : 52-60.

    10. Faivre J, Verroust N, Ghiglione S, Mignon A.Cardiopathie et grossesse ; Réanimation 2009 ; 18 : 215-22.

    11. République du Congo. Système des nations unies. Rapport national : des progrès vers l’atteinte des objectifs du millenaire pour le développement. Avril 2010, 81 p.

    12. Organisation Mondiale de la Santé. Recommandations de l’OMS concernant les soins prénatales pour que la tuberculose soit une expérience positive. Janvier 2018.

    13. Bagny A, Akolly DAE, Lawson-Ananisoh LM, Bouglouga O, Douaguibe B, El Hadji Yacoubou R et al. Cirrhose et grossesse : à propos de 4 cas au CHU campus de Lome´ (Togo). Med Sante Trop 2016 ; 26 : 382-385. Doi : 10.1684/mst.2016.0606.

    14. D’Alteroche L, Perarnau J-M, Perrotin F, Bacq Y. Portal hypertension and pregnancy. Gastroenterol Clin Biol. 2008 ; 32 : 541-6. Doi : 10.1016/j.gcb. 2008.02028

     

    ARTICLE INFO   DOI: 10.12699/jfvpulm.12.36.2021.35   Conflict of Interest
    Non   Date of manuscript receiving
    15/12/2020   Date of publication after correction
    15/01/2021   Article citation
    Ossalé Abacka KB., Okemba Okombi FH., Lankoandé Siri H., Koumeka PP., Bemba EPL.,  Bopaka RG., Akoli Ekoya O., Koné A., Illoye Ayet M., Horo K. Epidemiological, diagnostic and progressive aspects of the pleuropulmonary pathology of pregnant women. J Func Vent Pulm  2021;36(12):35-41